S'identifier - S'inscrire - Contact

Un cow-boy solitaire.

Une reprise, inspirée de Bowling for Columbine

Par gabrielney • Des poèmes • Mercredi 25/02/2004 • 0 commentaires • Version imprimable

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Il courait les vastes plaines
Pour évangéliser les gens,
Au nom du second amendement.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Il attisait les peines
De ceux qui ont perdu
Un enfant abattu.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Célébrer les armes,
C'est célébrer les trous
Qu'elles font,
Provoquer les larmes,
Parce qu'un fou
A joué au con.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Il avait comme explication
Les races ou l'histoire,
Parfois même l'espoir.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Et lui faire entendre raison,
Semblait tellement impossible
Tant il était impassible.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Quand on lui mis
Sous les yeux
Le portrait d'une morte,
Tout ce qu'il fit,
Ce fut, sans adieu,
Se réfugier derrière une porte.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

N'est-ce pas pitoyable
D'encore oser proférer
De telles stupidités?

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

N'est-ce pas effroyable
Que l'on puisse penser
Qu'une arme puisse tout sauver.

Il était une fois,
Un cow-boy solitaire
Qui n'avait foi
Que dans son revolver.

Et pendant ce temps-là sur
En savoir plus sur du Théâtre Poétique