S'identifier - S'inscrire - Contact

Parce ce que c’est toi

Ecrit au « Blauwe Kater » Leuven.

Par Denis Marion et Gabriel Ney • Des poèmes • Samedi 05/11/2005 • 0 commentaires • Version imprimable

Tu ne le verras pas pleurer
Malgré son envie.
Tu ne le verras pas crier
Les maux de sa vie.
Il a mal.
Il ne va bien.
Femme fatale
Mais tu n’y es pour rien.

Il voudrait entendre ta voix,
Voir sur tes lèvres un sourire,
Parce ce que c’est toi,
Parce qu’il aime ton rire.
Il aime tes gestes.
Il aime te voir bouger.
Mais toi, tu protestes.
Pourquoi lui donner
Ces quelques plaisirs
Augure certain du désir.
Mais ce n’est ce que tu crois
Quoique tu puisses imaginer
S’il pense à toi,
Ce n’est pas pour t’enchaîner.

Tu ne le verras pas pleurer
Malgré son envie.
Tu ne le verras pas crier
Les maux de sa vie.
Il a mal.
Il ne va bien.
Femme fatale
Mais tu n’y es pour rien.