S'identifier - S'inscrire - Contact

L'envers et l'avers

Pour une femme qui sauterait le pas.

Par Denis Marion et Gabriel Ney • Des poèmes • Mardi 08/11/2005 • 0 commentaires • Version imprimable

J'aurais pu écrire ce qui suit pour un homme. J'ai préféré prendre le point de vue d'une femme.
Il y a la responsabilité de celui qui prend la décision, mais la responsabilité de l'autre, qui pousse à la prendre, ne doit pas être occultée.
_______________________________________________


Dans une ville,
Seule,
J'avais fait un choix.
Etait-ce le bon
Ou non?

On ne pense pas,
On ne pense pas toujours à tout.
On écoute les autres
Qui doivent certainement
S'amuser à vous faire peur.
Ils parleraient d'expérience
Mais de la leur.
En quoi cela me concerne.

Alors, je n'ai pas vraiment écouté
Toutes leurs billevesées.
J'ai pris ma décision
Et tout ce que j'avais sous-estimé.

L'histoire, d'abord.
L'histoire d'un homme qui a vécu.
Et on ne change pas facilement
Le cours de l'histoire.

Un ménage,
C'est une histoire de plus
Dans l'histoire.
Tous ces petits riens
Auxquels il faut s'habituer.
Tout cela paraissait simple
Mais tout est devenu
Horriblement compliqué.
Tout ce qui se vivait auparavant,
Baisé, attention, moment charmant,
A vite disparu au fil du temps.

Il me semble
Que ne sont restés que les poids.
Les poids de sa vie
Sont devenus les miens.
Les ukases de son ex-femme,
Le garde alternée des enfants
Et celui que j'ai oublié de faire.
Parce qu'il n'en voulait plus.

Ces gosses, si mignons sur les photos
Sont devenus mon enfer.
Je suis la maîtresse de leur père
Et le cauchemar de leur mère.
J'ai eu l'impression peu à peu
De devenir une potiche
Posée dans le décor
Et dont on se fiche.

Dans une ville seule.
En fait, je n'ai pas encore choisi.
Je pèse le pour et le contre,
Amour, solitude et raison.
Sera-ce une somme de regrets
D'avoir sauté le pas
Ou de ne pas l'avoir fait.
Je vous dirai quoi…