S'identifier - S'inscrire - Contact

Avenir.

(Pour un amoureux transi)

Par Denis Marion et Gabriel Ney • Des poèmes • Jeudi 15/12/2005 • 0 commentaires • Version imprimable

J'ai contemplé longuement ton visage,
J'ai regardé dans tes yeux qui ne sont pas d'azur
Passer tempêtes, éclairs et force nuages,
Ton regard devenant de plus en plus dur.
Et pourtant, j'y vois encore
Des larmes, les douces eaux;
Et la douceur d'une aurore
Qui parfois en ressort.
La sécheresse serait donc un faux
Pour que l'on te laisse tranquille.

Comprendre ton destin méconnu,
Pour l'étranger, n'est guère facile.
Que serait de ma part, le bienvenu
Pour que tu sois quelque peu ravie
De me donner un instant de ta vie.
Peut-être classique, un bouquet de fleurs,
Ou plus difficile, en quelques murmures,
De mes sentiments, conter la nature,
Point agressifs et rempli de douceurs.

Mon âme lentement se consume
Mais je ne t'attribue pas ce malheur.
Je ferais tant pour qu'une lueur,
Un jour, dans tes yeux, se rallume.
Alors je pourrai dire enfin
Qu'une bataille est gagnée
Même si le reste est incertain.
Faudra-t-il des mois ou des années
Mais je suis sûr qu'un matin,
Une de ces belles journées,
Tu me tendras la main.
Quand? Je ne suis pas devin.
Faudrait-il longtemps patienter
Pour qu'enfin, tu penses à moi,
Que ne tarirait pas mon envie.
Un jour changera cet état.
Ce jour-là changeront nos vies.

La plupart des rimes sont tirées de Tristesse d'Alphonse de Lamartine (1790 - 1869)