S'identifier - S'inscrire - Contact

Mauritanie

Par gabrielney • Des poèmes • Lundi 07/07/2003 • 0 commentaires • Version imprimable

Deux fils de rails
Relient deux mondes
Qui, probablement, s'ignorent,
Des montagnes crevées
Par la rapacité
A des ports lointains.

Deux fils de rails,
Que le sable veut étouffer,
Des dunes mouvantes
Que n'arrête rien
Dans la chaleur étouffante
D'un presque enfer.

Deux fils de rails
Et des trains kilométriques
Qui avancent lentement
Dans le désert
Entre ces deux mondes
Qui s'ignorent.

Deux fils de rails
Et des tombereaux
Jamais vides
D'hommes ou de minerais
Sous le vent sec
De sable et de soleil.

Deux fils de rails
Et des hommes,
Peut-être encore esclaves,
Se battent avec des pelles
Contre le sable,
Ennemi inlassable.

Deux fils de rails,
Mangés par l'érosion,
Soignés par des forgerons
A l'outillage antique.
Chaque jour, au nom de quoi,
Ils recommencent l'ouvrage.

Deux fils de rails
Et des trains d'eau
Pour des nomades perdus,
Enchaînés à la terre,
Sans point,
Sans repère.

Deux fils de rails,
Qui mourront certainement,
Avec les montagnes crevées
Devenues stériles.
Et les esclaves de la voie
Mourront aussi.