S'identifier - S'inscrire - Contact

Pour faire plaisir à quelques amateurs, c'était à L'entrepôt du Congo et c'est une usurpation d'identité.

Par gabrielney • Des poèmes • Lundi 01/09/2003 • 0 commentaires • Version imprimable


Ce qui se passe,

Oh, je vous enlace
De mes yeux,
Oh, je vous embrasse
De mes vœux.
Je croise votre regard
Dans les miroirs.
Je croise votre regard
Et je fonds.

Ce qui se passe,

Oh, Je vous le dis,
C'est tout simple,
Je vous souris
Sans en être pingre,
Je voudrais être ailleurs,
Avec votre cœur,
Pour vous aimer,
Pour ne pas vous partager.

Ce qui se passe,

Oh, je vous le confie,
Si nous pouvions
Peut-être une nuit
Connaître une fusion.
Le lendemain, vous m'oublierez,
Moi, j'aurais encore à rêver.
Laissez-moi donc vous montrer,
Le chemin de l'escalier.

Et pendant ce temps-là sur
En savoir plus sur du Théâtre Poétique