S'identifier - S'inscrire - Contact

Une automobiliste.

Par gabrielney • Des poèmes • Mardi 02/09/2003 • 0 commentaires • Version imprimable



Cela fait des heures que je roule.
J'ai déjà traversé
Tant de villages aphones,
Rencontrés des voitures aveugles,
Je suis passée.
A côté de fermes endormies,
Dont les chiens ne disaient rien.

Cela fait des heures que je roule.
J'ai répété
Des centaines de fois
Ton prénom sur tous les tons.
J'ai rêvé
Que je pourrais arriver
Peut-être jusqu'à toi.

Cela fait des heures que je roule.
J'ai écouté
Toutes les chansons
Que j'avais emmenées.
Je me suis raconté
Toutes les raisons
Que j'avais de rouler.

Cela fait des heures que je roule.
Sur ces nationales éclairées,
Par les enseignes éblouissantes
Des bordels et des supermarchés.
Tout finit par se ressembler,
Au point de revoir à chaque fois
Les mêmes croisements.

Cela fait des heures que je roule.
J'ai traversé
Des bois et des forêts,
Contourné des villes.
J'ai passé
Des ponts gigantesques
Sur des fleuves noirs.

Cela fait des heures que je roule.
Je veux t'aimer.
Et depuis des heures,
Je cherche, despérée,
Les mots pour te l'annoncer.
Comme je ne les trouve pas,
Je laisse quelques pleurs.

Cela fait des heures que je roule.
Cette route monotone
Ne doit pas être la bonne.
Je me suis trompée.
Jamais, je ne vais arriver
Jusque chez toi.
Je suis perdue.

Cela fait des heures que je roule.
Maintenant, je me suis arrêtée
Dans un relais routier.
J'ai enfin des raisons de pleurer.
Tous les rêves,
Comme les routes, détournés.
Ne m'ont menée à rien.

Et pendant ce temps-là sur
En savoir plus sur du Théâtre Poétique