S'identifier - S'inscrire - Contact

Entrepôt du Congo à Anvers: Scène d'un dimanche midi.

Par Gabriel Ney et Denis Marion • Des reprises • Mardi 05/06/2012 • 0 commentaires • Version imprimable

L'homme s'accroche à ses rêves
Et les noie dans ses bières.
Une femme regarde tout
Mais son regard n'accroche rien.
Une seconde à la bouche amère
Haït sa ns raison et sans trêve
Et son mari au regard mou
Ressemble à un pauvre chien.

Un client regarde la barmaid
Et elle, au dehors, l'horizon,
Un sourire sur sa jolie bouche
Et un coin de ciel bleu.
Une dame triste se morfond
Et semble demander de l'aide,
Une autre peu farouche
Avec une invite dans les yeux.

La fille offre son âme
Dans sa perversité
Et le vieux beau vole
Toute sa belle jeunesse
Croyant en toute naïveté
Que de ses douces caresses,
Elle sera folle
A vouloir vivre un drame.

Des gens désoeuvrés à boire
Croient qu'autour
De ces tables de marbre,
Ils changeront l'univers.
Mais ils boivent leur espoir,
Nient leurs amours
Et autant se frappent
De répliques de travers.

Et lui écrit pour rien
Des mots sur la serviette
De papier bordeaux,
Quelques vers empâtés.
Il écrit tout le bien,
Même en miettes,
Dans un poème très beau
De celle qu'il a aimée.