S'identifier - S'inscrire - Contact

Au-dessus des eaux vertes.

Par Gabriel Ney et Denis Marion • Des poèmes • Dimanche 02/10/2005 • 0 commentaires • Version imprimable

Il n’y avait rien,
Aucun nuage
Et certainement aucun de ces nuages
Noirs,
Signes d’orage.
Il n’y avait pas de brouillard,
Même pas de légère brume,
Rien, je résume,
Rien en tout cas que je n’ai vu
Ni même soupçonné.
Le ciel était pur
Et les eaux vertes de la rivière,
Limpides.

Il n’y avait rien
Qu’une impression de bonheur.
Peut-être qu'au loin
Ou alors très profond, au cœur?
Mais je n’ai rien vu
Ou peut-être n’ai-je pas
Encore su
Comprendre le climat

Peu importe d’ailleurs,
Il n’y a rien pour l’heure
Que douce quiétude.
Pourquoi briserais-je cette certitude ?
Mais si par hasard,
Un moment, quelque part,
Au-dessus de cette vallée
Des nuages devaient se former,
Je voudrais être un de ces courants
Qui font le vent
Nécessaire pour tout dissiper,
Un vent d’amitié.