S'identifier - S'inscrire - Contact

Par hasard.

Par Denis Marion et Gabriel Ney • Des poèmes • Jeudi 20/10/2005 • 0 commentaires • Version imprimable

Au coin d'une rue, sous un lampadaire,
Dans un sentier, au bord d'une rivière,
Jamais très loin, mais seulement par hasard,
Se rencontrent les passagers d'un soir.
Une route qu'ils prennent au quotidien.
Comment se fait-il qu'un jour
L'un des deux fassent un détour
Et que se croisent leurs chemins.

Au coin d'une rue, sous un lampadaire,
Dans un sentier, au bord d'une rivière,
Ils pourraient simplement se saluer,
Un geste sans vouloir vraiment s'arrêter.
L'un des deux s'arrête, l'autre hésite.
Un peu parce qu'ils se connaissent,
Peur des traces que cela laisse,
Peur que l'arrêt ait une suite.

Au coin d'une rue, sous un lampadaire,
Dans un sentier, au bord d'une rivière,
Réfléchir, bien choisir ses mots
Pour ne pas qu'il y en ait un de trop.
Comme si s'ouvrait un précipice,
Comme si cela exigeait un sacrifice,
Comme si l'on était maître de rien,
Si n'en pouvait sortir une once de bien.

Au coin d'une rue, sous un lampadaire,
Dans un sentier, au bord d'une rivière,
Dans le cheminement des pensées,
Passer son temps à tenter de deviner,
Encore, encore, encore, le pourquoi
Encore, encore, encore, pourquoi moi.
Comme si cela était si important
Pour s'arrêter et bavarder un moment.

Au coin d'une rue, sous un lampadaire,
Dans un sentier, au bord d'une rivière,
Chacun rentre tout seul chez lui,
Sans se détourner pour éviter les ennuis,
Prêt à courir comme un enfant apeuré
Retourner à la maison sans s'arrêter,
Avec pourtant, dans le coeur, un regret
Qui ne laissera jamais en paix.

Ecrit sur "Home" chanté par Larry
Consultez www.larry.be.