S'identifier - S'inscrire - Contact

La porte du café.

Par gabrielney • Des poèmes • Samedi 30/08/2003 • 0 commentaires • Version imprimable

La porte du café est entrouverte.
Un courant d'air déjà frisquet
Refroidit la grande salle.
Un homme excédé la repousse
A chaque fois qu'un client
Entre ou sort, la laissant se refermer
Seulement à moitié.

Je me moque de cette porte ouverte
Parce que tu ne la passeras pas,
Parce que la vie est ainsi faite,
Que je n'aurai pas plus que je ne dois.

Je me moque de cette porte ouverte
Mais peut-être pas du symbole,
Expression ni d'une victoire, ni d'une défaite
Mais d'une ouverture sur le vide.

Ainsi vont les pensées folles
Et les blessures acides.


Et pendant ce temps-là sur
En savoir plus sur du Théâtre Poétique